VISITE 2015

 

PEINTURE A KHUDI

 

C’était en effet la première fois que les étudiants utilisaient des pinceaux et de la peinture…

David TRONEL avait initié l’idée ainsi que donné quelques fonds de tubes et des parrains de l’argent pour acheter le complément.

Il ne restait plus qu’à concrétiser ce projet sur place.

Je n’avais jamais organisé ce genre d’atelier artistique mais comme au Népal, «tout est possible» et prend souvent un caractère magique, j’ai soumis cette proposition à la classe des plus grands (17 ans)

A la base, je leur ai proposé l’idée que nous avions eu avec David  mai s ai vite compris qu’ils avaient envie de faire leur propre dessin. On a donc décidé de séparer la toile en 2 et que chaque groupe allait pouvoir s’exprimer sur 2 projets différents.

Quand je dis toile, c’était plus exactement un vieux drap blanc en coton que j’avais récupéré chez une copine. Nous avons cloué, agrafé ce tissu sur un vieux tableau que l’on avait nettoyé. Merci encore aux 2 principaux acteurs qui m’ont aidé à réaliser cette belle toile de fond.

toile

 

En fin d’après-midi, les jeunes ont commencé à tracer au crayon les premiers contours de leur «chef d’œuvre»! L’ambiance autour de la toile était festive.

Les pinceaux s’activaient, les couleurs se multipliaient, le contenu prenait forme. Les élèves travaillaient dans la bonne humeur. Ils riaient tout en étant concentrés, appliqués, ils voulaient faire quelque chose de beau. C’était la première fois qu’ils pouvaient s’exprimer de la sorte …

peinture

Cet atelier a été organisé en même temps qu’un Land Art (prochain article!) et un point commun entre tous ces projets artistiques a retenu mon attention. Chaque réalisation fait référence de près ou de loin à l’identité nationale, tous ces enfants sont fiers de leur pays, fiers de leur origine. Petits ou grands, avec du sable, des cailloux des fleurs ou de la peinture, ils veulent nous transmettre ce même message et également nous remercier de notre soutien.

La toile restera dans le bureau de la direction et sera reproduite en France par des jeunes savoyards.

toile finie

Il y a des expériences que l’on n’oublie jamais….

Continuons à les aider.

Annick

 

LAND ART A KHUDI

 

 

Je profite d’un jour de congé pour expliquer le concept du Land Art à toute l’équipe pédagogique… Celle-ci aura lieu ce vendredi après-midi. Je commencerai l’activité après la pause déjeuné de 13h pour s’achever à 16h.

Les enfants devront ramasser sur le chemin pour venir à l’école des éléments naturels comme cailloux, feuilles, fleurs, branchages et ensuite chaque classe devra faire une composition artistique au sol avec toute cette «récolte».

Le concept est abstrait pour eux, les professeurs n’organisent jamais des activités qui sollicitent l’imagination et le fait de faire travailler 450 enfants en même temps les déconcertent un peu. Moi aussi d’ailleurs, je n’ai jamais organisé ce genre de manifestation mais je défends mon projet et ne laisse percevoir aucun doute. A la fin de mes explications «anglaises», tout le monde paraît convaincu…

Ram

C’est la veille du grand jour. Je demande à la direction de l’école de refaire une annonce pour la collecte des éléments naturels aux enfants pendant la cérémonie d’ouverture. Je l’ai fait mercredi au micro, en anglais, devant ces 600 étudiants…même plus peur! Le sous-directeur qui fait office de «méchant» me propose donc de refaire passer le message.

Il parle vite, je le film en même temps. Il me semble qu’il demande d’amener en plus de choses naturelles, différents objets inutiles que l’on trouve à la maison. Doutant de ma compréhension, je n’ose intervenir devant cette assemblée réunie….

Annick

C’est le grand jour, avant d’aller à l’école, je ramasse des cailloux, coupe des branches avec la serpette, découpe des bouteilles en 2 pour la peinture….

Les enfants commencent à arriver à l’école. Les sacs de riz usagés que j’ai récupérés pour recueillir feuilles, cailloux sont alignés les uns à coté des autres. Les premiers arrivent avec de petits sacs….mélange de feuilles et de bouteilles en verre, pierres et papiers de bonbons..

Je fais le tri comme je peux. Je suis vite débordée, les sacs sont de plus en plus gros, j’ai l’impression qu’ils m’amènent tous leurs poubelles. Mes gros sacs débordent, je n’arrive plus à absorber les arrivées. Une partie de la cour est entrain de se transformer en déchetterie. Mes craintes sont confirmées ..

Les professeurs comprennent  la situation mais doivent se préparer pour aller en cours. Je me sens seule…Ram se rend aussi  compte  de la situation. Il voit que j’ai perdu le sourire. Je n’accepte plus rien des enfants, ils sont déçus, tanpis…ils étaient tellement contents de m’amener plein de choses.

Le début des cours est comme une délivrance…je me retrouve avec un tas d’ordure devant moi, mais au moins il cesse de grandir. Avec l’homme à tout faire de l’école, on remplit des sacs que l’on va vider derrière l’école. Pas glorieux, mais on n’a pas le choix et de toute façon cette déchetterie a ciel ouverte existe déjà.

Au bout d’1 heure, la cour est propre mais peu de matières utilisables pour le Land Art. Heureusement, les alentours de l’école sont pourvus de trésors naturels. On coupe, on arrache, on ramasse….et on pose toutes nos trouvailles sur une bâche au centre de la cour. Le principal est en costume cravate comme d’habitude, je le vois revenir de la rivière avec des cailloux plein les poches, les enfants en ont plein les mains, certains dans les chaussettes…Je sais qu’il veut que cela marche, il me le fait comprendre à sa manière.

preparatifs

Au moment du déjeuner, la bâche est presque recouverte d’éléments divers, les cadres sont tracés au sol, les professeurs regroupent les enfants dans les classes pour réfléchir à leur création, musique d’ambiance dans la cour et 15 min plus tard la magie opère….

commencement

 

Une fourmilière géante prend vie…tous les enfants sont occupés, certains ramassent, d’autres tris, les uns forment des lignes, les autres remplissent des espaces… 9 projets prennent vie, ils sont tous différents les uns des autres, certains valorisent un élément naturel, d’autres les couleurs… 9 tableaux, tous aussi beaux les uns que les autres. La joie est sur tous les visages, les professeurs coopèrent activement, les enfants s’adaptent au besoin de leur création.

land

Certains dessinent les formes, d’autres vont ramasser les éléments manquants, tout le monde se prend en charge. On a l’impression qu’ils ont fait cela plein de fois…

datail

Juste avant 16h, on immortalise l’après midi par une séance photo de chaque classe devant son tableau . La cour est si belle que l’on regrette un peu que ce soit que des œuvres éphémères !

plus petit

groupe

 

Offrons leur encore des moments d’évasion et des moyens pour leur construire un avenir.

Annick

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Association de parrainage d'enfant Népalais