Visite 2012

 

   Petit résumé de la semaine à Bhullbulle…

Les enfants étant en vacances, Mr Arjun, le directeur a été à notre disposition et très impliqué pour travailler sur le terrain.

Départ le matin à 7 heures à pied, les sacs à dos chargés de vêtements, peluches, échantillons…nous traversions les rizières pour rendre visite aux enfants et leurs familles. Pour ceux qui étaient déjà parrainés, heureux de nous revoir, parfois nous sollicitant pour les aider un plus financièrement ou parrainer un autre frère ou sœur. Nous sommes restés très ferme sur ce point de vue de ne pas aider plus d’un enfant par famille, et le directeur avait le même langage que nous. Les nouvelles familles, toujours un peu sur leur garde, avec des situations difficiles…qui nous ont souvent émues. Certains enfants marchent plus d’une heure pour aller à l’école, et ce dès l’âge de  trois ans. D’autres, trop éloignées louent une pièce près de l’école pour que leurs enfants puissent suivre le sérieux de cet enseignement. Un des enfants est interne, il est orphelin et n’a plus que sa grand-mère. Une maman qui nous avait reçus l’an dernier a confié ses deux enfants pour aller travailler deux ans en Arabie Saoudite. Nous étions parfois conviés à boire le lait de buffalo, ou goûter au mouton dès le matin. Nous avons souvent déjeuné à la cantine de l’école le midi, pour repartir jusqu’ à la nuit (18 heures).

En milieu de semaine, nous sommes descendues en car à Besissahar afin de faire l’achat du vidéo-projecteur. Le directeur  a fait le parcours sur sa moto. A Kathmandu, les commerces étant fermés pour les fêtes, nous n’avions pu faire cet achat à notre arrivée. Nous avons choisi un bon modèle avec le directeur puisque les professeurs s’en servent toutes les semaines comme support de travail.

Nous avons parrainé 12 enfants supplémentaires, la facture est réglée le dernier jour, éditée  par un professeur. Notre séjour s’acheve, reprise de l’école, nous avons eu le plaisir de visiter les classes. Un jeune slovaque, était là pour trois mois, logé, nourri et il animait les cours des plus grands, tout en anglais. Ce qui nous a le plus marqué, ce sont les classes maternelles, où à 4 ans, ils chantent, écrivent et récitent l’alphabet en anglais et en népalis, et savent les nombres… Le directeur invitent les étudiants ou autres français qui souhaiteraient séjournés dans l’école, et participer en animant les classe (message à faire passer).

apprendre en chantant

 

Nous avons terminé le dernier après-midi avec un spectacle de danse. Le même groupe a été le lendemain en compétition avec les 14 autres écoles du district et nous avons eu le plaisir d’apprendre le lendemain qu’elles avaient terminées deuxième. Le samedi étant leur jour de congé, les élèves peuvent néanmoins participer aux sports (foot, ping-pong, danse..)

Nous avons eu droit aux colliers de fleurs, signe de reconnaissance et respect. Ensuite nos cadeaux : vidéoprojecteur, un drapeau français, l’emblème « Aura », la carte du monde. Le directeur nous a remis une lettre d’appréciation à mettre sous cadre. Ils sont très heureux du vidéoprojecteur, et le directeur m’a transmis encore aujourd’hui les remerciements.

 

Mr Arjun, nous a présenté son collègue, directeur de l’école gouvernementale,( que nous avons visité). Celui-ci nous explique que les enfants étant très nombreux, et le gouvernement ne voulant pas donner plus de professeurs, ils sont à même de payer trois professeurs avec la trésorerie de l’école. Tout cela pour en venir à nous solliciter pour les aider financièrement. Pour le moment nous n’avons pas encore parlé  avec le bureau, et ce n’est pas l’objectif de s’éparpiller en dehors de Himchuli Boarding School. Sachant qu’ils sont à présent 500 élèves et vont construire un autre bâtiment afin que les élèves restent jusqu’au niveau bac.

Nous sommes très satisfaites du travail et de ces rencontres, même si le soir nous ne demandions pas notre reste pour aller au lit. Le directeur, (nous logeons dans la guest-house de sa femme et son frère), ne nous a pas «  lâché », et aimait bien converser le soir…tout cela avec un parfait anglais ! Il envisage de venir travailler les mois d’été dans notre région afin de découvrir à quoi ressemble l’Europe. Le visa ne poserait pas de problèmes, reste à trouver un employeur !

Nous tenons à remercier les parrains et marraines qui supportent les enfants, et les cadeaux qui ont été très appréciés. Merci aux personnes qui nous ont donné des vêtements (25 KG,  les peluches, et crayons).

Pour plus d’infos n’hésitez pas, et voici le mail de Mr Arjun, si vous désirez faire suivre des courriers.

Gurungarjun214@gmail.com

DSC04815

************************************

Visite 2012 : récit de Christiane

L’aventure commence le 20 octobre lorsque l’avion atterrit sur le sol népalais. En sortant de l’aéroport le dépaysement est total. De toute part les chauffeurs de taxi nous sollicitent pour nous emmener dans le centre  de Katmandu. Peu à peu je réalise que je suis à 8000 kms de mon petit village savoyard. Nous passons quelques jours à visiter la ville et ses alentours, il y a tellement à voir…Ensuite nous partons pour le  village de Bulbuhhle où nous avons rendez-vous avec les familles. Il  nous faudra 7 heures de bus pour parcourir 200 kms, les routes étant en mauvais état et les arrêts fréquents.

Une fois sur place, en compagnie du directeur de l’école,  nous distribuons les cadeaux destinés aux enfants parrainés. Enfin le moment tant attendu est arrivé : je vais faire connaissance avec  Prabesh et sa famille. Nous nous saluons comme le veut la coutume népalaise d’un Nasmaté symbolique. Chandra, la jeune maman et sa mère nous déposent des guirlandes de fleurs autour du cou, signe de bienvenue dans leur maison. Malgré le peu de moyens dont elles disposent, elles nous invitent à boire le traditionnel lait de Buffalo et à partager leur repas. A même le sol, sur la terre battue, nous savourons les délicieux chapatis. J’essaye d’engager la conversation en anglais, mais la barrière de la langue se fait vite sentir. Nous remplaçons alors les mots par les gestes et le regard, cette manière de communiquer rend nos échanges encore plus conviviaux.

Je découvre avec plaisir les photos de France que j’avais fait parvenir à Chandra. Elle les a précieusement conservées dans un  petit album, ce qui m’a réellement touchée. Prabesh s’amuse souvent avec mes lunettes de soleil, il semble plutôt à l’aise en ma présence. J’ai eu la chance de revoir la famille plusieurs fois, chez eux, au village et lors de la reprise des cours. Ce jour-là, Prabesh était très fier de me montrer sa salle de classe.

Une semaine plus tard nous quittons le village pour  un trek de 6 jours. Je suis très émue de laisser derrière moi  ces gens si hospitaliers et  chaleureux, avec lesquels j’ai pu partager des moments inoubliables.

 

une marraine et son filleul DSC04358

  • Octobre 2012:

Jocelyne et Christiane sont restées une semaine dans le village. Avec Mr Arjun GURUNG, le directeur, elles ont visité les familles et ont parrainé 12 enfants supplémentaires.

A Bessisahar, elles ont acheté, avec le directeur, un vidéoprojecteur, des jeux extérieurs (ballons de foot, raquettes de ping-pong, cordes à sauter. Elles ont rapporté de France des cadeaux : un drapeau, une carte du monde, un symbole  « Aura ».

 

"AURA"
« AURA »

 

Le vidéoprojecteur apporté en cadeau.
Le vidéoprojecteur apporté en cadeau.

Elles ont distribué dans les familles les vêtements récupérés en France, ainsi que des peluches.

Il a été alloué 40 euros à la famille d’un élève (Arjun), qui avait passé trois semaines à l’hôpital, suite à des blessures sur les pieds dues à la foudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Association de parrainage d'enfant Népalais